Ce site utilise des cookies qui sont essentiels à son fonctionnement. Nous utilisons des cookies supplémentaires pour soutenir des fonctionnalités optionnelles du site ou recueillir des statistiques d'utilisation anonymes pour l'amélioration de celui-ci. Plus d'informations
En continuant à naviguer sur le site, vous acceptez notre utilisation des cookies.

L'HYPOGLYCéMIE
AU QUOTIDIEN

Hypoglycémie la nuit

Comment gérer vos épisodes d'hypoglycémie la nuit ? L’hypoglycémie peut être une source de grande inquiétude pour les diabétiques de type 1, particulièrement la nuit. Votre faible glycémie la nuit ou celle de vos proches vous préoccupe ? Découvrez comment d'autres personnes diabétiques font face à leur hypoglycémie nocturne, en cliquant ici.

Sport et glycémie

Il n’est pas rare de faire une hypoglycémie pendant ou après une activité physique. Voici quelques informations et conseils utiles à prendre en compte à ce sujet.

  • Sources d’énergie utilisées pendant l’effort  :

Lorsque vous faites du sport, votre organisme utilise deux sources d’énergie pour fonctionner : les sucres et les graisses. Présents dans le sang, les sucres sont également stockés dans le foie et dans les muscles sous forme de glycogène.

  • Questions à se poser en cas d’hypoglycémie pendant la pratique d’une activité physique:
  1. À quand remonte l’administration de mon dernier bolus ?
  2. Ai-je mangé suffisamment avant ou pendant l’effort ?
  3. Ai-je bien calculé mon bolus en fonction du niveau d’activité physique ?
  4. Quelle était ma glycémie avant l’activité physique ?
  5. Quel type d’activité étais-je en train de pratiquer lorsque l’hypoglycémie s’est déclenchée (compétition, effort très intense, entraînement, etc.) ?
  • Sport et diabète : comment concilier hypoglycémie et activité physique ? Exemple de décisions et de chaîne de cause à effet :

Les événements qui surviennent pendant la pratique d’une activité physique dépendent des décisions que vous prenez. Cliquez sur les différentes décisions pour en savoir plus.

 

DÉCISION 1

Activité physique sans supplément glucidique et/ou réduction de l’insuline basale

DÉCISION 2

Activité physique avec supplément glucidique et/ou réduction de l’insuline basale

Hypoglycémie et alcool

L’alcool inhibe la libération de glucose stocké dans le foie sous forme de glycogène. Les personnes diabétiques traitées par insuline doivent prendre ce facteur en considération, car ils peuvent faire une hypoglycémie si leur foie n’est plus capable de libérer suffisamment de glucose.

Il faut avoir conscience que cet éventuel dysfonctionnement du foie consécutif à la consommation d’alcool est susceptible de se prolonger pendant plusieurs heures. Cette information est capitale, dans la mesure où une hypoglycémie nocturne peut survenir si vous allez vous coucher après avoir bu quelques verres sans compenser par un apport supplémentaire en glucides.

  • Comment éviter l’hypoglycémie après avoir bu une boisson alcoolisée ?

Diverses boissons alcoolisées comme la bière ou le cidre contiennent des glucides, et sont donc susceptibles de faire augmenter votre glycémie. Cela peut être source de confusion, car il faut veiller à ne pas prendre trop d’insuline pour éviter également le risque d’hypoglycémie induit par la consommation d’alcool (comme expliqué précédemment).

Mesurez régulièrement l’évolution de votre glycémie lorsque vous buvez. Si vous devez prendre de l’insuline dans le même temps, faites preuve de prudence, car l’alcool peut faire chuter votre glycémie.

  • Alcool et hypoglycémie – résumé

L’alcool inhibe la libération de glucose par le foie.
La glycémie chute progressivement.
L’effet hypoglycémiant dure plusieurs heures et varie en fonction de la quantité consommée (mais il ne se manifeste parfois qu’au bout de quelques heures).

Hypoglycémie et émotions

L’hypoglycémie peut-être compliquée à gérer non seulement pour la personne diabétique, mais aussi pour toute la famille1.

Que ressent-on en cas d’hypoglycémie et comment faire face à ces émotions ? Découvrez nos conseils pour vous aider à mieux les contrôler en cliquant ici.

L’hypoglycémie au travail

L’hypoglycémie au travail peut-être compliquée à gérer. Découvrez comment d’autres diabétiques parlent de leur diabète et de leurs hypoglycémies avec leurs collègues de travail, en cliquant ici.

L'hypoglycémie au volant

Conduire peut s’avérer être un exercice stressant et éprouvant, et le diabète est un facteur susceptible d’y ajouter de la difficulté. En étant diabétique, faites preuve de prudence, surtout vis-à-vis de l’hypoglycémie.

Une hypoglycémie survient lorsque votre taux de glucose dans le sang est trop bas (< 70mg/dl). Quelques réflexes et bonnes pratiques peuvent permettre aux conducteurs diabétiques d’anticiper et de gérer le risque d’hypoglycémie et de s’assurer que leur état de santé est compatible avec une conduite en toute sécurité1.

Avant de prendre le volant, posez-vous les questions suivantes :

  1. Ai-je mesuré ma glycémie ?
  2. Ai-je emporté mon lecteur de glycémie et ma carte de diabétique ?
  3. Ai-je de quoi me resucrer ?

Quelques règles de conduite si vous devez prendre le volant2:

  • Faites un contrôle de la glycémie toutes les 2 heures
  • Ne prenez pas le volant sans faire de contrôle si vous pensez ressentir les symptômes d’une hypoglycémie
  • Evitez de faire une injection d’insuline rapide juste avant de prendre le volant
  • Règle d’or : toujours avoir sur vous ou dans votre voiture de quoi vous « resucrer » : mangez des morceaux de sucre ou prenez une boisson sucrée.

En cas de traitement hypoglycémiant2:

  • Toujours avoir un lecteur de glycémie sur vous
  • Contrôlez systématiquement votre glycémie avant de prendre le volant et faire un contrôle sur la route toutes les 2 heures (en cas de longs trajets)
  • Prenez le volant seulement si votre glycémie est supérieure à 1 g/l
  • Anticipez la baisse de votre glycémie par une petite collation
  • Au moindre doute, arrêtez-vous dans un lieu sécurisé (par exemple une aire de repos) pour faire un contrôle de votre glycémie et vous resucrer si nécessaire.

La conduite automobile est une tâche complexe qui nécessite des capacités perceptives, motrices et cognitives importantes. La santé du conducteur est par conséquent essentielle pour sa sécurité et celle des autres usagers. Si certaines affections médicales, handicaps ou certains médicaments peuvent modifier cette capacité, de simples précautions, adaptations ou changements d’habitudes permettent de sécuriser la conduite. Savoir détecter les risques, anticiper les symptômes d'hypoglycémie en s'équipant de systèmes adéquats ou encore s’informer auprès de son médecin, toutes ces précautions peuvent permettre aux automobilistes diabétiques de conduire en sécurité et de préserver leur autonomie. 

 

Références
  1. Sondage en ligne réalisé par Medtronic résultant à un total de 1 027 participantsvolontaires (patients insulinodépendants) et correspondants aux critères établis d’inclusion. Ce sondage a été proposé en langue maternelle et accessible aux mois de juillet et août 2016 dans 4 pays européens (Allemagne, Royaume-Uni, Suède, Pays-Bas). L’objectif principal de ce sondage a été de recueillir le ressenti et les témoignages de patients diabétiques face à l’impact de l’hypoglycémie dans leur vie quotidienne.
  2. http://diabete-infos.fr/diabete-conduire-hypoglycemie-prevention/