Ce site utilise des cookies qui sont essentiels à son fonctionnement. Nous utilisons des cookies supplémentaires pour soutenir des fonctionnalités optionnelles du site ou recueillir des statistiques d'utilisation anonymes pour l'amélioration de celui-ci. Plus d'informations
En continuant à naviguer sur le site, vous acceptez notre utilisation des cookies.

LES HYPOGLYCéMIES
À PROPOS DE L’HYPOGLYCÉMIE

Qu’est-ce que l’hypoglycémie ?

L’hypoglycémie fait référence à un taux de sucre trop faible dans le sang. En général, on considère que l'hypoglycémie correspond à une glycémie inférieure à 70 mg/dl. Ce seuil peut varier d'une personne à l'autre1

Une hypoglycémie peut être très angoissante et ainsi entraîner une réelle crainte qu'elle ne survienne trop souvent au quotidien. Selon un sondage réalisé par Medtronic, une personne diabétique sur deux est préoccupée chaque jour par le risque d’hypoglycémie2.

Quelles sont les causes de l’hypoglycémie ?

L’hypoglycémie peut survenir pour des raisons très diverses. Elle est généralement due à un excès d’insuline dans l’organisme et/ou un manque d'apport glucidique.

Les principaux facteurs pouvant conduire à une hypoglycémie sont notamment :

  • Absence de repas ou repas trop tardifs
  • Repas à faible apport glucidique ou surestimation de la teneur en glucides d’un repas
  • Repas riches en matières grasses
  • Bolus excessif
  • Consommation d’alcool
  • Activité physique
  • Dose d’insuline basale inappropriée

Les symptômes de l'hypoglycémie

Quels sont les différents types d’hypoglycémies et leurs conséquences ?

  • L’hypoglycémie non sévère : hypoglycémie dont les symptômes sont ressentis et pour laquelle des mesures peuvent être prises par le patient. Il est possible d'y remédier en mangeant ou en buvant quelque chose qui contient des glucides. 
  • L’hypoglycémie sévère : hypoglycémie qui nécessite l’assistance d’un tiers et peut conduire à une hospitalisation.

La crainte d’avoir une glycémie basse et par conséquent de risquer une hypoglycémie peut amener certains diabétiques de type 1 à maintenir délibérément des taux de glucose élevés. Cependant, sur de longues périodes, ces hyperglycémies répétées peuvent entraîner :

  • Des complications micro vasculaires comme des troubles de la vision, une insuffisance rénale et des lésions nerveuses,
  • Des complications macro vasculaires comme une crise cardiaque ou un AVC.

Ainsi, un meilleur contrôle des taux de glucose est essentiel pour éviter aussi bien les hyperglycémies que les hypoglycémies.

Quelques chiffres sur l’hypoglycémie 3, 4

Comment maintenir un bon équilibre glycémique tout en réduisant le risque d’hypoglycémie ?

De nombreux patients trouvent difficile de maintenir un taux d’HbA1c dans la fourchette cible sans augmenter le risque d’hypoglycémie.
Les meilleurs moyens de parvenir à contrôler sa glycémie tout en réduisant les risques d’hypoglycémie sont notamment :

  • Discussion avec le corps médical au sujet des schémas et des doses d’insuline.
  • Équilibrage des taux de glucose avant et après les activités physiques.
  • Meilleure adaptation des bolus repas en fonction des glucides ingérés.
  • Ajustement du dosage d’insuline en fonction des activités quotidiennes.
  • Possibilité de modifier facilement les doses d’insuline au cours de la journée en fonction des glycémies capillaires mesurées.
  • Compréhension des données de tendance.
  • Prise en compte globale, avant l’administration d’un bolus, de la teneur en glucides des repas, de la glycémie et des activités quotidiennes (pas de calcul « à l’intuition »).

Comment traiter une hypoglycémie ?

En cas d’hypoglycémie modérée, vous pouvez manger ou boire 15 à 20 g de sucres rapides. Ceux-ci se trouvent sous forme de comprimés de glucose, morceaux de sucre, ou jus de fruits. L’ingestion de 15 à 20 g de sucres lents en complément peut également s’avérer nécessaire si le repas suivant n’est pas imminent. 

La glycémie capillaire doit être mesurée 15 à 20 minutes plus tard pour vérifier le retour à un seuil normal. 

En cas d’hypoglycémie sévère, il peut être nécessaire d’appeler les secours, notamment s’il y a perte de conscience ou si la crise dure plus de 5 minutes. Le cas échéant, l’injection de glucagon est un traitement possible, à condition d’avoir un kit non-périmé à sa disposition.

Ne traitez pas votre hypoglycémie en mangeant du chocolat ou des aliments gras, car les lipides ralentissent l’absorption du glucose par l’organisme.

Questions à se poser après une hypoglycémie :

  1. Ai-je pris trop d’insuline basale ?
  2. Ai-je mal évalué les glucides ingérés ?
  3. Ai-je bien ajusté mes doses avant et pendant l’activité physique ou la consommation d’alcool ?
  4. Ai-je oublié de prendre en compte l’insuline active des précédents bolus ?
  5. Ai-je pris un bolus d’insuline adapté au repas (protéines, matières grasses) ?
  6. Ai-je attendu trop longtemps entre le bolus d’insuline et le repas ?

HYPOS
CONVERSATION AVEC UN PROFESSIONNEL DE SANTÉ

Quelques recommandations pour préparer une conversation constructive avec les professionnels de santé à propos de l’hypoglycémie.

En Savoir Plus

Références
  1. American Diabetes Association. Diabetes care in the hospital, nursing home, and skilled nursing facility. Sec. 13. In Standards of Medical Care in Diabetes – 2015. Diabetes Care 2015 ;38(Suppl. 1) : S80-S85.
  2. Sondage en ligne réalisé par Medtronic résultant à un total de 1 027 participants volontaires (patients insulinodépendants) et qui correspondent aux critères établis d’inclusion. Ce sondage a été proposé en langue maternelle et accessible aux mois de juillet et août 2016 dans 4 pays européens (Allemagne, Royaume-Uni, Suède, Pays-Bas). L’objectif principal de ce sondage a été de recueillir le ressenti et les témoignages de patients diabétiques face à l’impact de l’hypoglycémie dans leur vie quotidienne. 
  3. Leiter LA, et al. Assessment of the impact of fear of hypoglycemic episodes on glycemic and hypoglycemia management. Can J Diabetes 2005; 29: 186-92. 
  4. Brod M. et al. The impact of non-severe hypoglycemic events on daytime function and diabetes management among adults with type 1 and type 2 diabetes. Journal of Medical Economics. 2012. 15:5, 869-877.