Ce site utilise des cookies qui sont essentiels à son fonctionnement. Nous utilisons des cookies supplémentaires pour soutenir des fonctionnalités optionnelles du site ou recueillir des statistiques d'utilisation anonymes pour l'amélioration de celui-ci. Plus d'informations
En continuant à naviguer sur le site, vous acceptez notre utilisation des cookies.

LE PASSAGE à L’ADOLESCENCE
AVEC UN DIABèTE

ADOS ET DIABETE : S’ADAPTER AUX CHANGEMENTS

Vous entrez dans une période où votre enfant grandit et souhaite faire ses propres choix, vivre sa vie. Il souhaite faire ses propres expériences : être avec ses amis, faire la fête, partir à l’aventure… Quelques conseils sont à garder en mémoire pour bien vivre son diabète à l’adolescence, période charnière des premières fêtes et sorties, mais aussi des premières angoisses et des premiers émois :

  • La gestion du stress, les hormones liées à la puberté, aux premiers amours... peut faire varier la glycémie de votre adolescent et donner parfois des résultats irréguliers concernant ses taux de glucose. Votre enfant/adolescent vit aussi son diabète juvénile à sa manière et va se permettre de faire des essais, mais aussi d’adapter son insuline. C’est grâce à cela qu’il pourra prendre en charge seule son diabète. Les ados sont bien souvent pudiques face à leurs découvertes et à leurs initiatives. Ceci peut également concerner leur prise d’autonomie et leur santé. Il est néanmoins important d’en parler avec votre professionnel de santé pour vous accompagner et vous conseiller durant cette période.
     
  • Durant les soirées entre amis, les glucides contenus dans les aliments peuvent parfois être difficiles à calculer. Pour aider votre adolescent, n’hésitez pas à vous renseigner sur l’impact de l’alimentation sur la glycémie.
     
  • Bien que la vente d’alcool soit interdite aux mineurs dans un lieu public ou un supermarché, votre ado peut être invité à une fête privée lors de laquelle il pourrait être amené à consommer de l’alcool. C’est un sujet délicat à aborder avec votre enfant, mais sur lequel la communication entre parents et enfants est essentielle pour poser un cadre et des limites. Au-delà des risques inhérents à la consommation d’alcool en elle-même, celle-ci a un impact sur la glycémie de votre enfant. Mélangé à du soda sucré par exemple, il y a un risque d’hyperglycémie. Les alcools de type cocktail ou la bière peuvent avoir ces mêmes effets. À contrario, certains alcools forts (vodka, whisky, rhum…) peuvent avoir un effet hypoglycémiant. Le cas échéant, le foie n’est plus capable de fournir de sucre sur un laps de temps donné. Votre adolescent doit donc être vigilant face à sa consommation et bien penser à vérifier son taux de sucre avant et après avoir bu. Pour information, se remettre d’une hypoglycémie peut prendre jusqu’à 11,1h1. Par ailleurs, pour éviter que l’hypoglycémie se manifeste, il est conseillé de manger lorsque l’on consomme de l’alcool. L’alcool est alors absorbé plus lentement et cela diminue le risque d’hypoglycémie.
  • La vigilance et la confiance sont donc de mise pour le bien-être de votre adolescent et pour limiter votre inquiétude face à ce genre de situation. Pour en savoir plus sur l’alcool et les hypoglycémies.

Dans cette période de changement où votre enfant grandit et met à l’épreuve son diabète, l’écoute et le soutien psychologique sont des facteurs importants pour aider à l’acceptation de la maladie. N’hésitez pas, ensemble, à parler de la maladie, mais aussi de ce qu’il ressent. Vous pouvez, si vous le souhaitez, vous faire aider par un professionnel qui pourra répondre à vos doutes, vos questions ainsi qu’à celles de votre adolescent. Pour plus d’informations, rendez-vous sur le site de l’AJD.

Diabète & puberté

Chez les jeunes filles, la sensibilité à l’insuline peut varier pendant le cycle menstruel. Gérer son diabète à l’adolescence quand on subit d’importants changements corporels peut être compliqué pour votre enfant. Les premières règles, le stress, les hormones liées à la puberté, peuvent influencer l’équilibre glycémique. De même, la prise d’un contraceptif comme la pilule peut provoquer des variations glycémiques. Pour plus d’informations vous pouvez consulter le site de l’Association Française des Femmes Diabétiques.

Pour en savoir plus sur le diabète au féminin et découvrir nos infographies dédiées : https://www.parlonsdiabete.com/actualites/post/le-saviez-vous-46-des-patients-diabetiques-sont-des-femmes-sup1/sup

Références

1Brod M. et al. The impact of non-severe hypoglycemic events on daytime function and diabetes management among adults with type 1 and type 2 diabetes. Journal of Medical Economics. 2012. 15:5, 869-877.